Réponse au Monde Diplomatique d’août 2018

Ma réaction au deuxième article de Jean-Baptiste Malet, dans le Monde  diplomatique d’août 2018.

Mon sang n’a fait qu’un tour en lisant la phrase de René Dumont citée par Jean-Baptiste Malet : « Pierre Rabhi […] enseignait […] que les vibrations des astres et les phases de la Lune jouaient un rôle essentiel en agriculture et propageait les thèses anti-scientifiques de Steiner, tout en condamnant [Louis] Pasteur. »

On peut oser penser que les éléments de biographie des personnes citées dans les articles du Monde Diplomatique de Juillet et Août 2018 par Jean-Baptiste Malet sont exacts.

Toutefois, il y a un point que j’aimerais développer: Rudolf Steiner était un scientifique : après son baccalauréat, il a étudié de 1879 à 1883 à l’École  Technique Supérieure de Vienne (Technische Hochschule) en Autriche et a participé à l’édition commentée de l’œuvre scientifique de Goethe, sous la direction de Kürschner.

Il disposait de ces bases lorsqu’il présenta dans le Cours aux agriculteurs de 1924 l’origine des éléments, soulignant l’importance du soufre et du phosphore dans l’origine de la vie.

Avec la biodynamie, j’ai rencontré un type d’agriculture scientifique pour le XXIe siècle. Nous n’en sommes qu’aux balbutiements de sa compréhension.

Appliquer la biodynamie ne signifie pas en effet en comprendre tous les processus. Seulement, ça  marche !

J’ai commencé à l’automne 1989 (il y aura bientôt 30 ans) sur une parcelle de 3 ha dont 1 ha avait une maladie de dégénérescence : panachure, rameaux rabougris, croissance difficile : environ 80 cm à 1 mètre de hauteur au lieu de 1,50 m à 1,80 m, dimensions normales de la vigne en Champagne :

Les seuls passages des préparations biodynamiques à l’automne 1989 et au printemps 1990 ont permis à la vigne de repousser avec vigueur, une belle couleur verte et des rameaux de 1,80 m à l’été 1990.

Autre expérience : en 1994, année très difficile en Champagne pour la maturité des raisins et pour le futur des bois de taille. Trois passages de silice avant la chute des feuilles et après les vendanges ont permis de voir le bois mûrir et devenir marron, alors que celui du voisin en culture conventionnelle juste à côté, était resté vert. Et cela, c’est un témoignage de mes propres yeux et non une vision de pensée ésotérique !

Incompréhensible pour l’instant, mais vrai.

En revanche, j’ai fait des recherches, avec expériences à l’appui, pour parvenir à comprendre  tout ce qui se passe au niveau du métabolisme du sol et du végétal, à percevoir les interactions entre « macrocosme » et « microcosme ».

Encore un seul point, je ne voudrais pas être trop long : lorsque j’étais jeune, je ne voulais pas être vigneron mais astronome (et non pas astrologue).  Pour approfondir la biodynamie, je me suis donc intéressé aux dernières investigations des scientifiques : astrophysique, minéralogie, physique des particules. J’y retrouve ce que dit Rudolf Steiner dans le Cours aux agriculteurs :

Le soufre et le phosphore sont indispensables à la vie.[1]

À propos du silicium : Le silicium est un enfant des étoiles[2].

Sur le même thème, a été diffusée sur France Inter, le 30 avril 2016, un épisode de la série « Sur les épaules de Darwin », par Jean-Claude Ameisen, intitulé  « Les forges du ciel » : nous y apprenons que le silicium, qui n’existait pas auparavant, apparaît après l’explosion des supernovae. La Terre reçoit en permanence des poussières cosmiques, dont le silicium.

D’ailleurs, comment l’article a-t-il pu être écrit ? Avec votre ordinateur ou votre smartphone, c’est-à-dire grâce à l’énergie extraordinaire du silicium, une énergie que l’on peut considérer sous deux aspects :

– une énergie capturée par l’être humain, qui l’a enfermée dans une « puce », capable de traiter quelques millions d’information à la seconde,

– une énergie que nous libérons en cassant ces beaux cristaux de quartz, et qui nous permet d’élaborer la « préparation silice », donnée par Rudolf Steiner, qui intensifie la photosynthèse, pour donner au final une plus grande richesse et complexité aromatique au vin.

Les détracteurs de la biodynamie ne devraient-ils pas élargir leur champ d’investigation ?

En réponse à l’article paru dans le Monde diplomatique d’août 2018, où il est question d’un « restaurant traditionnel qui sert du foie gras et du champagne » : je suis producteur de champagne mais ne mange pas de foie gras. Je  ne me prétends pas scientifique, mais observateur attentif, dans une démarche de pensée scientifique et respectueuse de la Nature.

Jean-Pierre Fleury, vigneron en Champagne, dans un domaine en biodynamie depuis 1989

[1] Voir également le livre de Marie-Christine Maurel, professeur de biochimie et de biologie moléculaire à l’université Pierre et Marie Curie, Paris VI : D’où vient la vie ?, éditions Le Pommier, 2014, p. 25.

[2] Voir le livre de François Fröhlich, géologue et minéralogiste, professeur honoraire au Muséum national d’Histoire naturelle, Paris : La matière et l’esprit. Le silicium. De la naissance de l’univers à l’univers des hautes technologies, Du May, 1991, pp.16-27.

Voir également le livre de Jean-Pierre Luminet et Hubert Reeves : Dialogues sous le ciel étoilé, Robert Laffont, 2016, p. 66.

2018-09-03T17:33:25+00:003 septembre, 2018|0 commentaire

À propos de l'auteur :

Pionnier de la biodynamie en Champagne depuis 1989, la famille Fleury, au premier rang de laquelle Jean-Pierre, le directeur, et Jean-Sébastien, chef de cave, élabore à partir de ses vignobles et des achats de raisins bio de savoureux champagnes à dominante de pinot noir. Leur vignoble aubois (barséquanais pour être plus précis) prend de l’âge et la viticulture mise en place apporte un supplément de saveurs à des jus vinifiés en partie sous bois, sous liège (Boléro, extra-brut millésimé) et sans soufre pour certaines cuvées. Atypique dans l’univers champenois, cette maison visionnaire exprime dans une gamme savoureuse la rondeur et la maturité du pinot de l’Aube.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.